Les valeurs

un terroir, une histoire, des savoirs faire et un esprit coopératif.

Un terroir unique et historique

Installée au cœur des vignes de la Côte des Bar...

… dans la partie la plus méridionale du vignoble de Champagne, la coopérative des Coteaux du Landion est véritablement ancrée dans son terroir. Elle fédère des familles issues d’une douzaine de villages : Meurville, Bergères, Couvignon, Val Perdu, Bligny, Spoy, Argançon, Dolancourt, Fravaux, Arconville, Champignol.

La Côte des Bar

Tout au Sud de la Champagne

On retrouve ici un paysage typique de l’aubois : vallonné, varié, aéré et apaisant. Différents cours d’eau sillonnent le paysage, dont le Landion, un ru d’où la coopérative tire son nom.

Cette variété de paysages est liée au sol spécifique de la Côte des Bar. Les bois occupent les plateaux, avec leur sous-sol de calcaires durs du Portlandien datant du Jurassique. Les vignes, plantées il y a 2000 ans par les Gallo-Romains, se retrouvent principalement sur le haut des pentes marneuses. Enfin les champs occupent les bas de pentes, aux sols plus calcaires.

Le Pinot Noir

Cépage emblématique

Un des trois cépages emblématiques de l’Appellation Champagne, le Pinot Noir s’épanouit dans ce sous-sol marneux composé de calcaires du Kimméridgien, qui lui confère une tonalité incomparable.

Un patrimoine culturel riche

Les cisterciens et les foires de Champagne

Il était une fois… les grandes foires de Champagne

Aux XIIe et XIIIe siècles, grâce à leur position géographique stratégique, à mi-chemin entre deux grands pôles économiques : les Flandres et l’Italie, Troyes et sa région deviennent une place commerciale majeure où convergent les marchands de produits variés (tissus, épices, chevaux, cuirs…).

De grandes foires –les fameuses Foires de Champagne– y sont organisées, notamment à Bar-sur-Aube, contribuant au développement économique de la région et à sa renommée au-delà même des frontières.

L’influence des cisterciens

Les moines cisterciens ont joué un rôle important dans l’évolution des méthodes de vinification. Au Moyen-Age, alors qu’ils exploitent leurs propres vignes et produisent leur propre vin, ils vont grâce à leurs expérimentations développer considérablement les techniques de vinification.

Fondée par Saint-Bernard, l’abbaye cistercienne de Clairvaux en est l’un des exemples. Elle connait un essor considérable aux XIIe et XIIIe siècles. L’Abbaye reste aujourd’hui l’un des chefs-d’œuvre français de l’architecture monacale.

Des personnages humbles

au rôle pourtant déterminant
  • Gaston Cheq

    et la marche de la révolte

    En 1911, exclus de la nouvelle délimitation de l’Appellation Champagne et ne pouvant donc plus fournir les négoces marnais, les vignerons aubois se révoltent. Menés par Gaston Cheq, ils obtiennent finalement gain de cause. Cette période mouvementée et l’engagement de Gaston Cheq restent gravés dans la mémoire du vignoble.

  • Charles Baltet

    et la lutte contre le phylloxéra

    Autre personnage illustre de la région : Charles Baltet. Alors que le vignoble français est largement touché par le phylloxéra, l’horticulteur troyen s’investit dans la lutte contre cette maladie de la vigne, en défendant la méthode du greffage, méthode qui participera à la reconstruction du vignoble français.

La Via Francigena

de Canterbury à Rome

La Via Francigena est un chemin de pèlerinage historique reliant Canterbury à Rome. Elle a la particularité de ne pas imposer un parcours unique. Cependant c’est le chemin emprunté en 990 par Sigéric, alors archevêque de Canterbury, qui tient lieu de parcours de référence.

Il se compose de 79 étapes à travers l’Italie, la Suisse et la France, dont une à Bar-sur-Aube. Une ancienne voie romaine permettant de rejoindre la Via Francigena passe notamment dans le petit village de Spoy. L’abbaye de Clairvaux se trouve également sur le chemin, tout comme la coopérative des Coteaux du Landion.

Abonnez-vous à la Newsletter